Carnet de bord - Vivat la danse !

Sarah Baraka

Le sang réchauffé dans les veines, des...

1er février 2019 par Sarah Baraka

Le sang réchauffé dans les veines, des gonflements et des gonflements, les mains en feuilles sur les poumons. Mais l’animal. L’oiseau surtout, je le regarde. Trouver l’animal. Las sur le dos. Un oiseau sac-à-dos. Un oiseau, un oiseau. Des plumes aux omoplates. Un tétras à taille de dos. C’est tête courbée, regardant vers le ciel, l’oiseau. La grosseur de la volaille, la bête charnue, au col bleu. Oiseau. Extinction de voix. Silence de l’oiseau. Dépôt. Immobile assis droite scène,...

Lire la suite

YOUHOU ! YOU YOUHOU YOUHOU HOU ! YOUHOU...

31 janvier 2019 par Sarah Baraka

YOUHOU !
YOU YOUHOU YOUHOU
HOU ! YOUHOU

BRAVO !

Voilà les cris enthousiastes
d’une spectatrice enthousiaste
dans mon dos au Prato hier soir.

CLAP !

CLAP !
CLAP !
CLAP !
CLAP ! CLAP !
CLAP ! CLAP ! CLAP !
CLAP CLAP ! CLAP ! CLAP !
CLAP ! CLAP ! CLAP ! CLAP ! CLAP !

Applaudir.

Aux dernières minutes de Red Haired Man plus encore,
la spectatrice commente l’effort, la surprise des tours
de magie qui ratent derrière la grande cape...

Lire la suite

Ressac. Élan. Recule. Reviens. Ressac des...

30 janvier 2019 par Sarah Baraka

JPEG - 1.4 Mo

Ressac. Élan. Recule. Reviens. Ressac des vagues gelées divaguent. Brûlant. À moitié flou. Des vagues dans les flocons échouent. Des turbulences qui les chassent aux limites de l’écran.

Baleine échouée. Scarabée.

Le soleil revient.

aucune idée de l’heure

29 janvier 2019 par Sarah Baraka

Cher E.

Je sors juste de la répétition publique de Rapid Eye Movement d’Estelle Gautier. Tout se passe quasiment tout le temps dans le noir, noir complet avant l’apparition de lumières de poche et frontales, comme des points colorés dans l’espace, indistinct(s) et flottant(s). Ça me pose la question de la représentation, de ce qui se passe sur scène, ce que cela dit de la nuit. Inévitablement tout cela m’a fait pensé à toi, à ce que tu travailles en ce moment... Trois personnages...

Lire la suite

La déception de la Frite

29 janvier 2019 par Léa Machado , Pascale Logié , Sarah Baraka

JPEG - 648.5 ko

Quand on attend quelque chose on risque d’être déçu.e. Quand on attend une chose et que cette chose n’arrive pas, on est déçu.e. Quand on n’attend rien et que ça arrive, alors on est simplement content.e.s.

Dimanche après-midi on se fait une fête à l’idée de rejoindre nos amis au Café des Orgues à Herzeele, on se fait une fête de manger de la Frite. On y va pour O.R.G., le concert de Puce Moment.

On chante gaiement dans la navette parce qu’il y aura des frites et de la...

Lire la suite

Les tomates