Carnet de bord - Vivat la danse !

Grand Tétras

IL A FALLU RAPPROCHER CE SACRUM DE LA TERRE....

1er février 2019

« IL A FALLU RAPPROCHER CE SACRUM DE LA TERRE. »

Seule en scène, vêtue comme une randonneuse et...

1er février 2019 par Jean-Claude Petit

Seule en scène, vêtue comme une randonneuse et portant un sac à dos en forme d’énorme coq, l’artiste désigne une forêt imaginaire et nous invite à l’explorer avec elle, à identifier les traces laissées par les oiseaux sur le sol neigeux. Elle pose alors son coq - de bruyère apprendra-t-on - sur le sol et nous parle des mœurs du volatile, du chant grâce auquel il exerce son charme sur les femelles. S’ensuit une alternance de parties dansées et parlées, de silences, de bruits venus...

Lire la suite

Le sang réchauffé dans les veines, des...

1er février 2019 par Sarah Baraka

Le sang réchauffé dans les veines, des gonflements et des gonflements, les mains en feuilles sur les poumons. Mais l’animal. L’oiseau surtout, je le regarde. Trouver l’animal. Las sur le dos. Un oiseau sac-à-dos. Un oiseau, un oiseau. Des plumes aux omoplates. Un tétras à taille de dos. C’est tête courbée, regardant vers le ciel, l’oiseau. La grosseur de la volaille, la bête charnue, au col bleu. Oiseau. Extinction de voix. Silence de l’oiseau. Dépôt. Immobile assis droite scène,...

Lire la suite

Grand Tétras est fondé sur du concret, issu des...

31 janvier 2019 par Pascale Logié

JPEG - 1 Mo

Grand Tétras est fondé sur du concret, issu des croisements de la pensée fertile de la chorégraphe, Marion Sage, par l’observation d’elle-même, de sa danse et du monde qui l’entoure. Par la composition d’un art de vivre respectueux de l’environnement et soucieux du sentiment d’altérité. S’élabore alors une fiction basée sur l’hypothétique rencontre entre une randonneuse et un oiseau sauvage.

Idéal pour nourrir notre imaginaire :

Partir en lisière de forêt à la...

Lire la suite